Menu Fermer

Plus c’est gros, mieux c’est : 2021 Ohvale GP-2 Review – First Ride

Cet article a été rédigé par Troy Siahaan et traduit par Accessoires Moto. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Accessoires Moto perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.

Partager cet article

Imprimer
Envoyer à un ami
Retour en arrière
Imprimer cette page

Photos par : Karen E. Ott

Si vous avez suivi l’espace minimoto, vous avez probablement entendu parler du nom Ohvale. Cette entreprise italienne qui fabrique des mini-coureurs sur route est un sujet de conversation très populaire dans les milieux des courses et des courses sur piste. Nous savons tous que rouler à moto sur un circuit de course est une expérience unique en son genre. Mais il est également vrai que conduire une moto de sport de grande taille sur un circuit peut coûter assez cher, et même plus si vous décidez de faire la course. Au-delà du coût de la moto elle-même, il y a les frais de piste, le coût du carburant et les factures de pneus. Les coûts augmentent encore plus si vous devez la transporter loin de chez vous et trouver un logement pour une nuit ou deux.

Les minimotos, et dans ce cas précis, le Ohvale, offrent une option beaucoup plus abordable tout en procurant beaucoup des mêmes sensations qu’une grosse moto. Selon l’endroit où vous vivez, les pistes de karting sont généralement plus proches que les grandes pistes, les droits d’entrée se chiffrent en dizaines de dollars plutôt qu’en centaines, les pneus durent beaucoup plus longtemps et il n’est pas rare de faire le plein d’essence en début de journée et de l’oublier. Pendant ce temps, l’expérience sur piste est identique à celle d’une moto de sport : la dynamique et la technique utilisées pour aller vite sur une petite moto se transposent également sur les grandes.

Le GP0 d’Ohvale. Sans rien pour le mettre en contexte, il est difficile de comprendre à quel point cette moto est petite, mais croyez-moi quand je dis qu’elle est minuscule.

C’est le marché qu’Ohvale exploite grâce à Brandon Cretu, co-fondateur de Rise Motol’importateur américain pour Ohvale. C’est un ancien coureur qui a participé à plusieurs événements prestigieux comme le TT de l’île de Man, le GP de Macao, les 24 heures de LeMans et les 8 heures de Suzuka, pour n’en citer que quelques-uns. Après avoir vu ces petites motos sillonner les pistes de karting en Europe, il a su qu’il devait faire passer le mot en Amérique.

La première offre d’Ohvale, la GP0, se décline en plusieurs formes et tailles. Les moteurs choisis sont des Singles 110cc, 160cc et 190cc refroidis par air. Tous sont à carburation et sont disponibles avec des boîtes de vitesses à quatre rapports (il existe également une version de la 110 avec une boîte automatique). Le moteur est entouré d’un cadre en treillis d’acier, de plusieurs options de suspension et de roues de 10 pouces équipées de pneus à surface collante. En s’en tenant au thème des sportives miniatures, les concepteurs d’Ohvale ont étudié la géométrie des sportives modernes et ont reproduit les positions des pignons, la traction de la chaîne, les numéros de traînée et de déport pour imiter les plus grosses motos. Ils ont également reproduit la répartition du poids de 53%/47% à l’avant et à l’arrière de ces vélos.

Wayne Maxwell, champion australien de Superbike en 2020, s’entraînant sur un GP0, prouvant que Yours Truly est une mauviette.

Une simple recherche sur Internet pour Ohvale vous permettra de trouver de nombreuses histoires et vidéos de coureurs sur ces petits vélos, qui gênent parfois les gens sur des vélos plus grands. Ce que vous ne trouverez pas, c’est une critique du GP0 sur Motorcycle.com. La raison ? Eh bien, la GP0 est petite. Une Honda Grom ressemble à une Gold Wing en comparaison, et une vie entière à faire des choses stupides à mon corps signifie que je ne peux pas me contorsionner sur une GP0 pour plus d’un tour ou deux ces jours-ci.

Entrez le GP2

Ce préambule était nécessaire pour encadrer ce que nous avons ici : La prochaine version d’Ohvale, la GP2. Une mini-moto plus grande, cela peut sembler un peu idiot au début, mais Ohvale s’est rendu compte que les dimensions minuscules du GP0 rebutent beaucoup d’adultes, ou même ceux dont le corps a dépassé la puberté. Avec la GP2, Ohvale a conservé l’essence – et le moteur – de la GP0 et l’a exploitée dans un ensemble légèrement plus confortable pour l’adulte moyen. Si seulement c’était juste.

Avec des dimensions encore modestes, mais un peu plus spacieuses que celles du GP0, le nouveau GP2 2021 Ohvale ouvre la voie aux pilotes qui souhaitent quelque chose d’un peu plus grand.

Visuellement, les petites motos et (un peu) moins de petites motos semblent presque identiques, mais en allant au-delà de la carrosserie (qui a également été un peu modifiée), on verra comment le GP2 a grandi. Tout d’abord, le cadre en treillis d’acier est plus long, avec un angle de braquage de 0,5º de plus. À l’autre extrémité, le bras oscillant est également plus long de 25 mm. En conséquence, la longueur du GP2 passe de 57,9 pouces (1470 mm) à 63,4 pouces (1610 mm).

Pour s’adapter aux plus grands cavaliers, l’interface utilisateur réelle a dû être élargie elle aussi. Nous entendons par là que le siège lui-même s’est allongé pour permettre à un homme de taille normale de se déplacer et de ne pas tomber du dos. La hauteur du siège est de 28,5 pouces à partir du sol, mais par définition, ce n’est pas un vélo sur lequel quiconque aura du mal à atteindre le sol. À l’avant, la position de l’angle du guidon est réglable par des fentes dans la triple pince, style MotoGP. Conformément au thème de la moto de GP “collée dans le sèche-linge”, le troisième point du triangle ergonomique, les repose-pieds, sont aussi bien pensés que les guidons. Différents trous de fixation filetés dans la languette du cadre permettent de placer les rétroviseurs dans différentes positions, garantissant pratiquement un placement adéquat des chevilles pour la taille de la botte de chacun. Dans l’ensemble, une fois que mon cadre de 1,5 m et de 8 pouces a été installé, je me suis senti, oserais-je dire, à l’aise.

De quelle taille parle-t-on ? Photographe pour l’échelle.

L’autre grand changement pour le GP2 par rapport au GP0 est la taille des roues de 12 pouces. Non seulement la combinaison roue/pneu plus grande “remplit” le profil plus grand de la moto, mais elle ajoute aussi un peu plus de stabilité par rapport aux roues de 10 pouces du GP0. En outre, le choix de pneus de 12 pouces est également en votre faveur, car les fabricants grand public commencent à reconnaître la scène minimoto en plein essor.

Chances, fins et options disponibles

Ce qui différencie les Ohvales de, disons, un vélo tout-terrain pour enfant équipé de roues de 12 pouces est le fait que les Ohvales sont conçus dès le départ dans un but précis : la mini course sur route. La conversion d’un vélo tout-terrain implique des compromis. Un autre exemple du parti pris du GP2 en matière de course sur route se trouve à l’avant. Les triples pinces sont suffisamment larges et espacent suffisamment les tubes de fourche pour pouvoir démonter la roue avant sans avoir à retirer l’étrier de frein. Et en parlant de freins, vous trouverez un étrier J.Juan à quatre pistons, monté radialement, qui saisit un disque de 220 mm. C’est un composant de moto sport complet réduit aux proportions d’une mini-moto. Vous avez également des conduites de frein à tresse d’acier.

Un bras oscillant plus long et des roues de 12 pouces font partie de l’ensemble qui rend le GP2 plus attrayant pour les personnes de taille moyenne.

Quant à la suspension, les GP2 standard reçoivent une fourche inversée de 33 mm avec précharge du ressort, la seule chose que l’on puisse régler. Cependant, vous pouvez passer à une fourche de 38 mm de Mupo, avec des réglages de rebond, de compression et de précharge du ressort. L’arrière est un amortisseur entièrement réglable.

C’est assez standard. Mais c’est là que le parallèle avec les grandes sportives prend tout son sens : les accessoires et les options. Un rapide coup d’œil dans le catalogue Ohvale révèle des choses comme l’amortisseur Öhlins, différents ressorts, un embrayage à glissement EVR, différents pignons avant et arrière, un levier de changement de vitesse en marche arrière, des protège-leviers, des chauffe-pneus, des béquilles et même un tableau de bord compatible avec le GPS Alfano, tous disponibles en option. Ce sont les mêmes types d’améliorations que n’importe qui ferait sur sa grosse moto.

Il y a quelques accessoires que vous pouvez commander dans le catalogue des accessoires, comme les fourches de 38 mm avec suspension Mupo entièrement réglable. Le tableau de bord Alfano est aussi un truc, avec un GPS intégré pour vous donner les temps au tour à chaque croisement départ/arrivée. Notez également les fentes dans la pince triple pour régler l’angle des barres.

Impressions sur la circonscription

Bon, alors comment se comporte le GP2 ? En un mot : une explosion. D’accord, c’est deux mots, mais les parallèles entre la GP2 et les motos de sport de grande taille sont étonnants. Il y a cependant une petite courbe d’apprentissage, et c’est de monter et de démarrer la petite Single horizontale. Contrairement à une grosse moto, vous démarrez une GP2 et vous jouez avec un levier d’étranglement. Vous lui donnez un peu d’essence en donnant un coup de pied et vous la regardez (ou plutôt vous l’entendez) s’animer.

Des bizarreries comme l’inversion du coupe-circuit (un clic vers le bas au lieu du haut coupe le contact) et le point mort qui est tout en haut – nos vélos d’essai étaient équipés du levier de vitesse de marche arrière – au lieu d’entre le premier et le second s’apprennent rapidement, et une fois que vous vous asseyez dessus, les choses commencent à vous sembler familières – juste plus petites.

Un peu plus d’espace rend le GP2 beaucoup plus agréable.

Ce thème se poursuivra tout au long de la journée. Sur la piste, le mot auquel je revenais sans cesse après chaque tour m’était familier. Le moteur Daytona 190 est un petit bijou, rendu génial par sa simplicité et sa puissance. Refroidi par air, avec un seul arbre à cames et quatre soupapes, Ohvale ne dit pas combien il produit de puissance, mais une promenade sur Internet a montré ces petits moteurs qui pompent 20 chevaux au volant. Pas mal, si l’on considère que l’ensemble pèse 156 livres (à sec).

Avec un si petit poids et une vingtaine de chevaux en bonne santé, impatients de déchirer les nouveaux pneus de 12 pouces du scooter Diablo Rosso SC de Pirelli, le GP2 est tout sauf lent. En cliquant d’abord et en se dirigeant vers la piste, la puissance est juste là. C’est peut-être une petite moto, mais sa morsure peut correspondre à son écorce. Ces 20 chevaux vous poussent à un rythme excitant et vous devez suivre le rythme des quatre vitesses pour tirer le meilleur parti de la moto.

Le Single Daytona 190cc refroidi par air n’est peut-être pas très connu par ici, mais c’est un choix de moteur populaire dans le monde de la minimoto en raison de sa puissance, de sa simplicité et de son coût relativement bas. Vous pouvez également voir ici le carburateur, le démarreur, l’amortisseur réglable et les différentes positions de montage des ensembles arrière.

Malgré les dimensions du GP2, on ne s’est jamais senti à l’étroit pour atteindre le levier de vitesses. En fait, cela semblait plutôt normal. Il n’y a pas de levier de vitesse rapide ici, alors passer rapidement à la vitesse supérieure signifie qu’il faut relâcher l’accélérateur pendant un instant lorsque votre orteil enclenche une autre vitesse. Le GP2 exige un clic délibéré et une synchronisation parfaite avec la poignée des gaz, sinon il reste sur sa vitesse actuelle. Cependant, comme les motos que nous avons roulées n’avaient jamais été utilisées auparavant, j’espère que les changements de vitesse seront plus faciles à mesure que la moto se casse. Les quatre vitesses font le travail, mais ce serait bien d’avoir une cinquième vitesse à choisir, car le moteur 190 perd de la vapeur plus il se rapproche de la ligne rouge et je me suis retrouvé à chercher une cinquième vitesse qui n’était pas là.

La vraie beauté de la GP2, et des Ohvales en général, vient quand on essaie d’assembler les droites avec les angles. Maximiser l’élan, comprendre la dynamique du châssis et apprendre comment le poids du corps influe sur celui-ci sont autant d’atouts du GP2 que nous considérons comme allant de soi sur les grosses motos.

Vous attaquez les virages de la même manière que sur les vélos plus gros, en utilisant les freins pour charger l’avant tout en vous accrochant au vélo pour déterminer votre choix de ligne. Vous devez également faire attention lorsque vous reprenez les gaz, car si vous vous penchez à fond, vous risquez de vous retrouver dans une situation catastrophique.

Vous avez maintenant l’idée que faire ce petit vélo, c’est comme faire quelque chose de plus grand, et c’est vrai. Chaque mouvement que vous faites, chaque contrôle que vous touchez et chaque sensation que vous ressentez font du GP2 un excellent outil d’entraînement pour les coureurs sur route en herbe ou pour ceux qui veulent prétendre en être un. Être une si petite chose, traîner un coude au sol n’a jamais été aussi accessible – si c’est votre truc, bien sûr. Ce à quoi je ne m’attendais pas, c’est à quel point l’Ohvale vous permet de communiquer, surtout quand les choses ne vont pas bien.

Par exemple, comme les vélos que nous avons roulés n’étaient pas équipés d’une caisse, qu’ils avaient fait le plein et qu’ils avaient été lancés sur la piste, nous n’avons pas eu le temps de préparer les réglages de suspension et de géométrie. Ainsi, même si la sensation de vitesse et d’accélération nous était familière, tous les pilotes qui ont roulé en GP2, moi y compris, ont ressenti une sensation d’instabilité à l’avant, comme s’il n’y avait pas assez de piste pour que la moto reste bien plantée en position penchée.

Comme Cretu me l’a fait remarquer plus tard, il est courant de régler les fourches de la GP0 de manière à ce que les bouchons soient au ras des triples pinces. En faisant cela sur ces GP2 de pré-production, on a relevé l’avant d’environ 6 mm, et même si cela ne semble pas beaucoup (c’est le cas en réalité), la différence sur la piste était de jour comme de nuit. Les secousses de l’avant ont disparu, remplacées par la confiance et la stabilité. Si nous avions eu plus de temps pour régler la moto, les possibilités d’aller plus vite étaient bien présentes.

Il n’est pas fréquent de trouver des fourches inversées sur un si petit vélo. L’étrier à quatre pistons à montage radial est également très cool, même si un peu plus de mordant aurait été bien. Les pneus Pirelli Diablo Rosso Scooter SC ne laissent jamais à désirer en matière d’adhérence.

Des choses que je n’ai pas aimées ? Bien sûr, mais elles sont plutôt mineures. D’abord, les freins. Ils fonctionnent assez bien. Cependant, le mordant initial n’est pas très fort, et vous vous retrouvez à les serrer plus fort que vous ne le pensez. Au moins, ils sont constants tour après tour, ce qui permet au pilote de s’adapter. Nos vélos d’essai n’étaient pas équipés d’un embrayage à glissement et, bien que cela ne soit pas absolument nécessaire, plus vous êtes rapide, plus vous vous retrouvez à rétrograder rapidement. C’est alors que vous réalisez à quel point un embrayage à glissement rendra les choses plus faciles.

Enfin, il y a l’ergonomie. La grosse moto est idéale pour les pilotes comme moi qui ne peuvent pas s’entasser sur la GP0 pendant très longtemps, pour une raison ou une autre. Il est surprenant de voir la place dont on dispose pour se déplacer d’un côté à l’autre, et encore plus surprenant de voir que le dégagement au niveau des repose-pieds n’est pas un problème non plus. Malgré cela, il est encore difficile de se mettre complètement au pas. En remontant en selle, mes fesses ont rapidement atteint le bout du siège et si je voulais vraiment me border, je serais fermement sur la partie arrière de la selle… et peut-être même au-delà. Si vous êtes encore plus grand, oubliez ça.

Le battage médiatique est réel

Il est un peu inutile de faire des riffs sur un vélo comme celui-ci en vous donnant un espace limité, n’est-ce pas ? Vous devriez le savoir en entrant. Cependant, les grandes dimensions de la GP2 comptent là où elles comptent – et cela ouvre les portes de l’entraînement minimoto à une plus grande partie des pilotes potentiels, rebutés par les petites dimensions de la GP0 originale. C’est ce qui est cool avec le GP2. Le fait d’avoir une dynamique de conduite similaire à celle d’une grosse moto n’est pas si surprenant, mais le fait d’avoir une communication similaire avec le châssis, puis de pouvoir régler la moto comme n’importe quelle autre chose, apporte des leçons et une expérience évidentes qui sont inestimables pour tous ceux qui cherchent à améliorer leurs compétences sur piste, en particulier les jeunes qui montent en grade.

Bien sûr, avoir un outil de formation aussi cool que celui-ci a un prix. A partir de 6 499 dollars, cela n’inclut pas la suspension Mupo, le tableau de bord Alfano, le levier de vitesse inversé, et d’autres accessoires dont nos vélos d’essai étaient équipés (ces prix sont encore à déterminer au moment de la mise sous presse). Le prix à payer dépend du sérieux avec lequel vous vous entraînez à la minimoto, mais si vous avez lu jusqu’ici, il est clair que le GP2 vous touche. Ce n’est pas pour rien que plusieurs coureurs de haut niveau s’entraînent sur des mini-motos d’Ohvale, et si c’est assez bien pour eux, alors ça doit être assez bien pour vous, n’est-ce pas ?

2021 Ohvale GP2
+ Les hauts
Une mini-moto que l’adulte moyen peut enfourcher !
La même dynamique de conduite qu’un grand vélo
Un outil d’entraînement génial pour les coureurs sur route

– Soupirs
En obtenir un pourrait être une proposition abrupte pour certains
Les freins manquent un peu de mordant
Encore peu de place pour un repas complet

2021 Ohvale GP2 Spécifications
MSRP
$6,499
Type de moteur
187,2 cm3, quatre temps, monocylindre horizontal refroidi par air, SACT, quatre soupapes par cylindre
Alésage et accident vasculaire cérébral
62mm x 62mm
Système de carburant
Keihin PE28 ou Dell’Orto PHBH 28
Ignition
Electronique, bougie d’allumage externe et bobine
Démarrage
Démarreur à pied avec système de décompression
Système d’échappement
Tuyau d’échappement en acier inoxydable avec silencieux Arrow en titane sous le siège
Lubrification
Puisard humide, quantité d’huile : 1 litre
Transmission
4 vitesses N-1-2-3-4
Transmission finale
Chaîne
Suspension frontale
Fourche inversée de 33 mm avec réglage de la précharge du ressort (en option, fourche inversée de 38 mm avec pied CNC et amortissement en précharge, en détente et en compression
Suspension arrière
Bras oscillant en aluminium, mono-amortisseur avec réservoir à ferroutage, réglable en compression, en rebond et en précharge du ressort
Frein avant
Étrier radial simple à quatre pistons avec disque de 220 mm
Frein arrière
Étrier à piston unique avec disque de 180 mm
Pneu avant
100/90-12
Pneu arrière
120/80-12
Cadre
Treillis tubulaire en acier
Longueur/largeur/hauteur maximale
63,4 in./29,1 in. (au guidon)/36,0 in
Hauteur du siège
28,5 in.
Poids sec (réclamé)
156,5 livres.
Capacité en carburant
0,92 gallon (3,5 litres)
Couleurs
Noir/jaune, blanc/rouge, bleu/orange, gris/orange