Menu Fermer

Les fixations de casque sont considérées comme sûres – Motorbike Writer

Cet article a été rédigé par Mark Hinchliffe et traduit par Accessoires Moto. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. Accessoires Moto perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.

Selon une étude, les accessoires fixés aux casques, tels que les caméras et les dispositifs Bluetooth, n’augmentent pas le risque de blessure à la tête ou au cou du conducteur en cas d’accident. Rapport sur la sécurité routière de NSW Transport.

Ces dispositifs ayant gagné en popularité ces dernières années, plusieurs motocyclistes dans plusieurs États d’Australie ont été condamnés à une amende pour les avoir utilisés.

Et ce, malgré les changements apportés au règlement routier australien (ARR) en 2015 qui autorisaient leur utilisation.

Il a fallu plusieurs années avant que tous les États et territoires, à l’exception de Victoria, n’approuvent ces règles.

Le problème ne s’est jamais posé en Australie occidentale, en Tasmanie, dans le Territoire du Nord ou dans le Queensland, où un ancien ministre de la police a encouragé l’utilisation de caméras de casque pour des raisons de preuve.

Toutefois, on craignait toujours que les fixations du casque ne fassent pivoter la tête du cycliste en cas d’accident et ne provoquent des blessures au cou.

Le NSW Centre for Road Safety a effectué des “tests d’impact oblique” au Crashlab il y a plusieurs années sur l’effet des fixations de casque et devait publier son rapport l’année dernière.

Elle vient seulement de publier son étude qui montre qu’il n’y a pas de problème de blessure :

Les résultats [des tests] ont révélé que la fixation d’une caméra ou d’un dispositif de communication sur un casque de moto n’augmente pas, en moyenne, le risque de blessure à la tête ou au cou pour la personne qui porte le casque, en cas d’accident.

Les résultats de l’étude ont permis de modifier la politique de Transport for NSW, qui autorise désormais les motocyclistes à fixer des caméras et des dispositifs de communication après-vente, à condition qu’ils le fassent correctement et en suivant les instructions des fabricants.

DayGlo Queensland Police helmet camera fined witnesses robbed incorrect

La police utilise des caméras sur les casques depuis des années, alors pourquoi n’étaient-elles pas légales pour les civils ?

Cela fait suite à des études réalisées il y a plus de cinq ans par l’Office européen de lutte antifraude (OLAF).BBC et Royaume-UniLaboratoire de recherche sur les transports (TRL) qui a effectué des tests d’impact sur des casques d’escalade équipés de caméras et a constaté qu’ils n’augmentaient pas les risques en cas d’accident.

Ils ont déclaré que les résultats de leurs tests étaient transposables à d’autres types de casques, comme ceux des motos.

Le siteConseil australien de la moto travaille depuis plusieurs années avec les autorités pour résoudre ce problème.

“Les caméras sur les casques capturent de manière unique le point de vue du cycliste ; d’autres dispositifs tels que les systèmes d’interphone Bluetooth offrent un moyen de communication sûr avec les piliers et les autres cyclistes”, précisent-ils.

Cependant, il pourrait y avoir un problème avec la façon dont le dispositif est fixé au casque.

Les motards doivent se conformer aux exigences du fabricant. Cela signifie que vous ne pouvez pas percer de trous dans le casque ou utiliser de la colle ou d’autres adhésifs qui ne sont pas recommandés.

La seule modification apportée à l’ARR a été l’inclusion d’une référence au fait qu’un casque doit être en bon état de réparation, de fonctionnement et de condition.